Historique

Reprenons à la racine

Les Veilleurs au Grain est une compagnie fondée en 2014 (association loi 1901), mais elle trouve ses racines dans la troupe étudiante Les Désespérant(e)s Idiot(e)s, existant depuis 2009 à l'université Rennes 2. Une fois formée, la compagnie crée par ses propres moyens Sofia Douleur de Laurent Gaudé. Elle est alors en résidence de création au Patio, lieu culturel implanté dans le quartier Bréquigny à Rennes, où elle restera jusqu'en juin 2016.
Plusieurs créations verront alors le jour. D'abord Déracinées de Flore Augereau, qui donnera lieu à deux versions successives en 2015 et 2016. Y sera également monté Tirésias d'Alexis Piron, une pièce issue du répertoire du théâtre de foire du XVIIIe siècle.
C'est aussi durant cette période que seront dessinées les premières esquisses de la forme courte À la Carte, dont le travail de création se poursuivra plusieurs années après le départ du Patio.

C’est lors du travail sur cette création (qui s’étendra de 2015 à 2018) que la compagnie définit l’un de ses grands axes de recherche : le rapport au  public. Dès lors, s’affirme la volonté de créer des spectacles dans lesquels le spectateur en tant qu’individu a un rôle à jouer. Dans À la Carte, il est sollicité pour choisir ce qui sera jouer, dans Au-delà des Méandres, il sera l’interlocuteur direct et privilégié de la comédienne. Dans la prochaine création, il sera l’invité des comédiennes, dans cette maison, ce “chez soi” intime et universel à la fois.

Pour la petite histoire

« Veiller au grain » : Expression d’origine maritime relative à une observation vigilante de l’horizon, afin de voir arriver l’orage de loin.
Le grain a de multiples significations : l’idée qui germe, la petite folie qui prête à sourire, le sable venant enrouer la machine, la jeune pousse qui produira un jour quantité d’oxygène... Les Veilleurs au Grain ont ainsi à cœur de mettre en lumière de petites choses a priori anodines afin d’amener les spectateurs à la réflexion.
Par des spectacles se nourrissant d’imaginaires et de références multiples, nous proposons à nos publics des espaces de convivialité et de partage, des expériences sensibles dans lesquelles chacun peut, s’il le souhaite, s’investir et peut-être même se reconnaître.

Par la recherche d’un « effet-miroir » entre le comédien et le spectateur, nous cherchons à interpeller et à questionner de façon sensible le quotidien.

" Veiller au grain : à l'origine, expression maritime caractérisant le fait de regarder le ciel et les nuages pour prévenir le grain, un vent fort et soudain pouvant être accompagné de pluie, de grêle ou de neige."

L'équipe

Flore Augereau

Après des études au Conservatoire de Rennes (COP), Flore rédige une thèse sur les démarches d'apprentissage des acteurs et co-fonde la Compagnie. Autrice et metteuse en scène, elle souhaite rassembler comédiens et spectateurs autour de questions à la fois intimes, universelles et quotidiennes. Également comédienne pour la cie La Petite Épine et pour un spectacle de conte musical, elle y défend des valeurs féministes et écologistes. Elle transmet le plaisir du jeu et de l’écriture lors d’ateliers, à des publics d’enfants, d’adolescents et d’adultes.

Les artistes

Julie Michel

​Diplômée d’un master en Études Théâtrales sur l’impact que peut avoir le marketing utilisé par les lieux théâtraux sur les nouveaux spectateurs de théâtre, Julie, en parallèle de ses études, co-fonde en 2014 la Cie Les veilleurs au Grain. Elle se forme au jeu avec de nombreux·ses professionnel·les, et notamment au jeu improvisé. Elle s'initie aussi à la danse ou au clown, expériences dans lesquelles elle puise afin de livrer une interprétation sensible de ses rôles. Enfin, en janvier 2020 elle co-crée avec d'autres artistes le collectif DETER.

Louise Maffeis

 

Titulaire depuis 2019 d’un master en Études Théâtrales autour de la marionnette, de son mouvement et de sa vie, Louise axe également sa recherche pratique sur un théâtre du sensible où émotion et perception sont intimement liées. Elle rejoint la compagnie en 2015, année où elle découvre également le travail de la lumière. Tantôt comédienne, tantôt technicienne, c’est selon ces deux directions qu’elle avance aujourd’hui en travaillant auprès de plusieurs compagnies rennaises comme A Caso’art dont elle est co-fondatrice ou la Petite Épine.

Juliette 2 NB.png

Juliette Dauzet

Juliette a suivi un parcours en Études Théâtrales au cours duquel elle s’est investie dans de nombreux projets scéniques. Comédienne avant tout, elle voit le jeu théâtral comme un moyen d’expression total. Elle s’applique à travailler son jeu pour une incarnation au plus proche du personnage. Sa curiosité artistique l’a menée à la mise en scène et à l’écriture. Elle laisse libre court à son imagination dans la compagnie A Caso’art dont elle est co-fondatrice. Elle encadre des ateliers de pratique auprès de différentes associations rennaises.

Romain Favretto

Romain aborde le jeu comme un moyen d’expression et de réflexion, caractérisé par un jeu physique exigeant. Il évolue tour à tour dans les associations L’Arène Théâtre et A Caso’art pour des créations de Juliette Dauzet. Il rejoint la Cie Les veilleurs au Grain après un stage autour du Triomphe de l’amour de Marivaux. Il interprète actuellement le très jaloux N°2 dans le restaurant théâtral A la Carte. Titulaire d’une licence en Études Cinématographiques, romain est actuellement en formation au conservatoire de Rennes en classe de chant lyrique.

Romain 2 NB.png

Les artistes de l'ombre

Manu Bernard

Administrateur·ice de la cie, Manu est formé·e à l'accompagnement et la gestion de projets culturels. Passionné·e par les arts en général, iel pratique notamment le théâtre et la photographie, et s’intéresse en particulier à l'interaction entre les artistes et les publics, pendant les représentations comme en dehors.

Marie.png

Marie Laniesse

Marie est la trésorière de l’association. Tout au long de sa vie étudiante elle s'est engagée dans le milieu associatif et elle continue encore aujourd'hui auprès des Veilleurs. Son attrait pour la culture se manifeste tant dans sa vie personnelle que dans son métier de professeure des écoles où elle fait partager ce goût aux plus jeunes.